Participer

Exposer

 Max en vrac

63000 Clermont-Ferrand  
Visiter son site web

Simples jouets, doudous précieux ou peluches lisses et froides, ces petits êtres de compagnie sculptés qui se prêtent aux histoires à inventer provoquent d’abord sourires et réactions étonnés. Elément fondamental dans ces oeuvres, le recours à des couleurs vives et des formes arrondies témoigne de cette même volonté d’embellir le quotidien. Et comment mieux faire partie du quotidien qu’en adoptant les codes d’une société de consommation ?

Quelques oeuvres

Il y a dans cette « invasion pacifico-artistique » du bonheur, de l’humour et du sérieux aussi...

 

Le bonheur de l’enfance et sa part de légèreté avec, la nostalgie qui en découle et comme l’envie de prolonger toujours et encore l’impossible. Simples jouets, doudous précieux ou peluches lisses et froides, ces petits êtres de compagnie sculptés qui se prêtent aux histoires à inventer provoquent d’abord sourires et réactions étonnés.

Elément fondamental dans ces oeuvres, le recours à des couleurs vives et des formes arrondies témoigne de cette même volonté d’embellir le quotidien. Et comment mieux faire partie du quotidien qu’en adoptant les codes d’une société de consommation ?

Pour mieux y parvenir, l’objet est reproduit à l’identique en quantité comme pour se montrer davantage, témoigner d’une existence -moyen détourné de combler le vide et donner du sens ?- d’une présence... Celle, indirecte mais multipliée, de l’artiste qui trouve ainsi le moyen de s’immiscer dans nos vies, celle encore purement décorative pour les uns, amusante pour les autres ou même parfois rassurante...
 

Car ces oeuvres prennent une autre dimension une fois adoptées ; chaque propriétaire étant invité à s’approprier l’objet -question animiste suscitée-. Abandonnées livrées à elles-mêmes sur un meuble poussièreux, elles dormiront dehors en tenant compagnie aux nains pour surveiller la maison, serviront (parce qu’il faut bien être utile) de presse-papier sur le bureau ou auront le privilège de partir en voyage, décorées, montrées, partagées, photographiées... en un mot : chouchoutées. En proposant à chacun de faire vivre une oeuvre au delà de sa présentation, l’artiste crée du lien en engendrant une communauté de parents d’adoption.
 
Mais si l’on ressent bien dans cette démarche l’adhésion à une conception d’un art ludique et interactif, on peut remarquer aussi l’ironie d’une attaque menée par des figurines d’argile révoltées. Ces objets personnifiés dont la matière première est issue de la nature, traduisent le malaise de notre rapport avec l’environnement et que dire de la part indéniable de mystère conférée à ces statuettes/amulettes ? Ces hybrides-là non génétiquement modifiés ne ressemblent pourtant à rien de connu ; une manière de mieux interroger à propos de notre présence dans l’univers : Sommes-nous seuls ? ou encore de notre vie de tous les jours : Et si nous étions vraiment seuls ?

Max en vrac donne rendez-vous aux Clermontois tous les 1er dimanche de chaque mois, Place aux Arts, aux Salins à coté de la brocante.
 


 

A propos de l’artiste

HISTOIRE D’UN LANCEMENT

2001 :

Naissance d’une première sculpture d’argile dans un atelier de Clermont-Ferrand, représentant un étrange personnage qui préfigure la création du ziquick.
Réalisation, sur ce modèle, de moins de dix sculptures cuites et peintes à l’identique : corps marron et oeil blanc.

2002 :

Premières sorties immortalisées : les petits êtres non-identifiés se promènent en Auvergne.

2003 :
 

Janvier : Escapade hors territoire français ; direction Barcelone en passant par Montpellier. Les ziquicks voient la mer pour la première fois.

2004 :

Début de l’invasion : Création en nombre de personnages stylisés inspirés des premiers modèles.
Nom de code : ZIQUICK P1/7
Réalisation des sachets et certificats d’adoption
Lancement de 100 modèles signés numérotés et datés
Mise en vente à Bliss, magasin de déco/design.
Réception des premières photos de ziquicks adoptés Echappée de quelques spécimens dans les rues de Clermont-Ferrand et Lyon

2005 :

Création du site Internet. Agrément de centres officiels d’adoption : Intramuros à Clermont puis Robba Di Noï à Bordeaux
16 juillet : naissance du ziquick n° 100
Arrivée du second personnage : nom de code : TIMAX P2/7

2006 :

Passage de la barre des 500 photos reçues de ziquick ou timax adoptés 17 janvier au 7 mars : exposition à l’Ecole de Commerce de Clermont-Ferrand dans le cadre du Festival International du Court Métrage. Les 100 timax signés numérotés et datés sont adoptés. Le ziquick continue sa propagation : passage des 300 exemplaires.

2007 :

9 janvier : naissance du petit HULL TRABRITE P3/7.
Participation à l’expo "Gin Fizz" graffiti/street-art à la Fac de Lettre de Clermont-Ferrand du 22 janvier au 17 février


 
 
Les oeuvres présentées sur ce site le sont avec la permission des artistes. Tous les droits concernant les photos et images présentées sur ce site
sont réservés, toutes les reproductions ou partielles ou intégrales, ainsi que les distributions sont strictement interdites sans l'accord des artistes.